Les autres épisodes de Limitless Project t’ont appris comment libérer ton potentiel. Celui-ci te dit pourquoi le faire. Danseur, acteur, cascadeur, artiste et j’en passe, Staiv Gentis utilise le mouvement comme vecteur d’expression de l’âme. Et l’âme, c’est précisément le coeur battant de cette discussion métaphysique où l’on va parler du sens de la vie, de la connexion avec l’univers, de l’amour, du minimalisme et du véganisme.

Mais nous évoquerons aussi les états de conscience modifiés, notamment induit par la consommation de champignons, en tant que voie spirituelle d’élévation de l’âme. Et si ces substances pouvaient ouvrir de nouvelles voies neurales et participer à rendre notre expérience de vie encore plus intense pour le restant de nos jours ?

Un moment d’une rare puissance, qui, à l’image d’un chemin initiatique, invite chacun à réfléchir sur son rapport à soi, au monde, et aux voies d’épanouissement de notre merveilleux potentiel humain.

Résumé de l’épisode :

Contrairement aux autres épisodes de Limitless Project, tu ne trouveras, dans cette discussion minérale et sincère, aucun hack ni aucune recette à appliquer pour libérer ton potentiel ou accroitre ta longévité.

C’est un partage, de chemin de vie, de philosophie, de vibrations, d’amour. Tout simplement. Et ça ne s’écrit pas, ça ne s’apprend pas. Ça s’écoute avec douceur et générosité, pour s’élever soi-même sur son propre chemin.

Je n’ai donc pas fait de retranscription écrite de l’épisode. Simplement quelques citations, ci et là, 2/3 photos pour te mettre dans l’ambiance et une jolie playlist à écouter pour un voyage aux portes de la perception.

Citations :

  • On est venu ici pour s’incarner et notre chemin est de s’élever, de se transcender, de se réaliser le plus possible avant de repartir ;
  • S’éloigner de son corps, c’est s’éloigner d’une grande partie de l’intensité de l’expérience de la vie ;
  • Il devrait y avoir un équilibre entre la force d’avancer et le sentiment de lâcher prise. Entre l’énergie féminine et masculine qu’il y a en chacun de nous. Entre la force et la vulnérabilité. Entre utiliser beaucoup son mental pour apprendre des choses et se cultiver, et son côté animal pour se rouler dans l’herbe et jouer comme des enfants.
  • Si j’ai la Porsche 911, la top model, la super startup et les millions sur le compte, j’ai réussi : non pas forcément, mais si ça me fait kiffer, c’est génial. Et en même temps, avoir le détachement de savoir que tout ça n’est que de la matière et une profondeur d’esprit qui me permet d’être en extase devant une coccinelle qui vient se poser sur une fleur ou de marcher pieds nus pendant 3 semaines ;
  • Avoir beaucoup de choses, beaucoup d’objets, c’est se compliquer l’esprit, c’est avoir beaucoup de choses à gérer ;
  • L’amour c’est un grand sujet. Je dirais même que c’est LE sujet de la vie.
  • [À propos de la méditation] C’est quelque chose qu’on devrait apprendre dès l’enfance : s’asseoir, se concentrer sur sa respiration, tâcher d’observer un peu plus ses pensées, de mettre un peu de distance avec le soi, et juste être dans un état de présence, profondément être ;
  • Pourquoi louper le film de sa vie ? Être dans tout ce qu’on devrait pouvoir faire, ou qu’on aurait dû faire, repenser à ce qu’on a mal fait, ou être dans la projection de ce qu’on va faire encore et encore, et finalement on loupe toujours cet instant présent. Et un jour, on ouvre les yeux, on a 60, 70 ans, c’est passé super vite et merde quoi ;
  • Les états de conscience modifiés permettent d’expérimenter de façon sensorielle l’unicité, l’interconnexion profonde avec l’univers ;
  • C’est plonger dans des choses tellement merveilleuses, vertigineuses, qui dépassent l’intellect et accepter qu’on ne pourra jamais tout savoir et tout comprendre. Et justement vivre avec cette forme de pureté, de vacuité, qu’on ne saura jamais. Par contre cette merveille, je vais la respecter, je vais la chérir, je vais la célébrer, je vais la contempler, et je vais plonger le plus profondément possible dans cette vie ;
  • Il n’y a rien de plus merveilleux que de rire avec ses amis ;

Ressources :

  • L’hypnose est un état de conscience modifié qui ne nécessite aucune drogue et qui permet notamment de dialoguer avec son enfant intérieur, et guérir certains maux qui sommeillent dans notre inconscient ;
  • Champignon psilocybine ;
  • Cactus San Pédro (mescaline) ;

Playlist :

Playlist personnelle de Staiv pour ses cérémonies d’états de conscience modifiés :

Livres :

BONUS :

J’en profite pour partager avec toi un petit texte que j’ai écrit suite à ma dernière expérience avec des truffes magiques :

La pureté de l’air que l’on respire, le vert intense d’une feuille de roseau, le grain délicieux d’une voix suave, la danse immuable de l’eau, tous ces détails que l’on croise sans y poser un regard, nous semblent d’une banalité totale. Perfusé à la dopamine, on prêtera bien plus volontiers attention à une vidéo TikTok qu’à la symétrie des alvéoles d’une fraise ou la perfection des nervures d’une feuille. C’est que la nature, dans son plus simple appareil, n’est plus assez sensationnelle, que pour qu’on la remarque à côté d’un accident de voiture ou d’une acrobatie en wingsuit.

Les états de conscience modifiée te reconnectent intensément aux sens, à l’univers. Tous ces détails que tu croises chaque matin en allant au boulot, brillent désormais de mille feux. Tu pourrais t’extasier des heures devant leur beauté, goûter un orgasme des papilles en savourant une mangue, ressentir la douceur de l’air qui irradie tes poumons et nourris chacune de tes cellules. Soudain, tu comprends à quel point notre monde est merveilleux, à quel point le vivant est un trésor d’ingénieurerie, et que les journaux qui encensent l’innovation d’un nouveau smartphone pliable, feraient mieux de s’intéresser un peu plus aux fourmis, cafards, et autres perces-oreilles. Car, si, ni leur aspect, ni leur nom, ne donne envie de les aimer, ils sont pourtant le fruit d’une richesse technologique bien plus remarquable que celle qui dort au fond de ton iPhone.

En se hissant tout en haut de la chaine alimentaire, l’Homme s’est cru au centre de l’univers, tout puissant. Mais en niant sa condition animale, il s’est lui-même emprisonné, et passe le plus clair de sa vie dans des boites, loin de son milieu naturel. Ça lui donne peut être l’impression d’être plus grand, plus fort, plus intelligent. Mais faut il sacrifier son bonheur et son bien-être sur l’autel de l’ambition ? À quoi bon régner sur la Terre, et la soumettre à notre bon vouloir ? Elle n’est qu’un minuscule grain de sable sur les plages infinies de l’Univers.

DN.

Participe à la discussion :

Ton email ne sera pas publié. *Champs obligatoires